Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 11:07

PHOTO D'ILLUSTRATION

Le chauffeur de taxi grièvement blessé jeudi en fin d'après-midi à Clichy-la-Garenne (Hauts de Seine) est mort dans la nuit, selon une information de RTL. Il avait été poignardé à l'abdomen par un autre automobiliste avec lequel il avait eu un différend dans une station-service.

 

L'agresseur est toujours en garde à vue, ce  vendredi matin, les locaux de la PJ des Hauts-de-Seine, à Nanterre. 

Le chauffeur de taxi s'était arrêté au volant de sa C5 noire à la station Elf du boulevard Jean-Jaurès vers 17 heures 30. Il  s'est disputé avec l'autre automobiliste «pour un truc banal», selon un témoin. Les deux hommes sont remontés chacun dans leur voiture. Un peu plus loin, le taxi s'est garé en double file rue Gabriel-Péri et a rattrapé l'autre véhicule à pied. Un riverain a assisté à la scène depuis le bureau de tabac voisin : «Je l'ai vu taper sur la voiture de l'autre, une berline rouge avec une carrosserie pourrie». Les deux hommes se sont alors empoignés dans la rue, puis sur le trottoir. 

L'automobiliste à la berline, décrit comme un «grand Black mince, la trentaine» par les témoins, aurait alors sorti un couteau et frappé la victime au ventre. Le chauffeur de taxi s'est réfugié dans un restaurant grec. «Il s'est assis sur une chaise mais il perdait beaucoup de sang», raconte un témoin. L'agresseur au couteau a été arrêté peu après au volant de sa voiture sur le boulevard périphérique. 

Published by Section de Boulogne Billancourt du Front National.
commenter cet article
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 10:56

 

Hauts-de-Seine. Saint-Cloud n’a pas voté sa fiscalité pour 2015, car l’État n’a pas communiqué le montant exact de certaines contributions.

 

Le département était champion de la fiscalité en 2014. Cette année encore, les Hauts-de-Seine devraient compter les fiscalités locales les plus basses deFrance. Sur les 36 communes du département, seules 8 ont décidé d’augmenter les taux de leur taxe d’habitation et de leur taxe foncière.

On ne sait pas encore ce que décidera Saint-Cloud. La ville bénéficie d’un délai pour se prononcer sur sa fiscalité.

La hausse la plus spectaculaire est sans doute Neuilly-sur-Seine. La ville où les propriétaires sont le moins imposés en France a décidé de les mettre davantage à contribution. Le taux de la taxe foncière passe de 2,9% à 4,64%, soit une augmentation de 60%. Mais sur la feuille d’impôt cela devrait se chiffrer à une hausse de 13%, car il faut aussi prendre en compte les autres composantes de cette taxe. «Il fallait rééquilibrer notre fiscalité, , justifie Jean-Christophe Fromantin. La taxe foncière était vraiment basse et reste la plus basse de France. On a choisi de jouer dessus parce qu’elle touche à la fois les ménages et les entreprises, donc c’était plus équitable.» C’est aussi le choix qu’a fait Malakoff où le taux de cette taxe passe de 17,37 % à 24,91%.

D’autres préfèrent lisser la hausse. «Le gouvernement nous contraint sur 3 ans en nous demandant d’absorber 45 M€, alors je propose un contrat sur 3 ans», annonce le maire de Rueil-Malmaison, Patrick Ollier. Sa ville augmente le taux de la taxe d’habitation de 3% et celui de la taxe foncière de 5%, Cette année. L’an prochain, une nouvelle hausse des taux de 3% est prévue. La municipalité promet qu’en 2017, les taux seraint maintenus.

Quasiment toutes les communes sont recours à des réductions de dépenses pour équilibrer leurs comptes. Face à la baisse des dotations de l’État et à l’augmentation des contributions en faveur des villes plus modestes, elles n’ont guère le choix. Mais certaines choisissent de privilégier ce levier, sans augmenter les impôts. À Colombes, par exemple, les taux restent identiques, mais le centre de santé municipal ne propose plus de consultations de spécialistes, deux mairies de quartier ont fermé et certains services municipaux ont été externalisés.

 

Les taux d’imposition commune par commune

Le grand flou de la fiscalité intercommunale

Vingt-sept des trente-six villes des Hauts-de-Seine adhèrent aujourd’hui à l’une des sept communautés d’agglomération du département *. Les habitants de ces vingt-sept communes voient donc apparaître sur leur feuille de taxe d’habitation une ligne intercommunale, dont le taux est différent du taux communal. Ce taux intercommunal est voté en conseil communautaire par les élus locaux qui y représentent chaque commune adhérente. La plus grande agglomération, Grand Paris Seine Ouest (huit villes dont Boulogne), a voté un taux stable (7,25%) pour 2015, comme les autres sauf Châtillon-Montrouge dont le taux est passé de 1,22% à 1,3%. Ce taux intercommunal intègre l’ancienne part départementale qui a disparu en 2011. Il s’ajoute donc au taux communal sur la feuille d’imposition.

Cette fiscalité est l’une des recettes des intercommunalités, dont les compétences restent encore peu visibles du grand public, allant de l’action économique aux transports, en passant par l’environnement. L’objectif était de mutualiser les moyens des communes, notamment pour faire des économies. Ce qui n’est pas prouvé, ni dans les budgets communaux, ni sur ceux des particuliers.

 

Published by Section de Boulogne Billancourt du Front National.
commenter cet article
16 avril 2015 4 16 /04 /avril /2015 13:46

20minutes.fr

 

Illustration. Une délibération du conseil de Paris a accordé une remise de dette de deux ans au Conseil Français du Culte Musulman.

La Ville de Paris va louer au Conseil français du culte musulman (CFCM) les locaux qu'il occupe actuellement pour un loyer symbolique de 100 euros par an, selon une délibération approuvée mardi par le Conseil de Paris. Le PRG, les Verts et le PCF se sont abstenus, l'unique conseillère de Paris PG a voté contre.

Une aide qui inquiète certains partis

La délibération prévoit de louer au CFCM ses locaux de plus de 100m2 à l'angle de la rue de la Croix-Nivert et de la rue Lecourbe (15e arrondissement) pour un loyer annuel hors charge de 100 euros par an, soit une aide en nature de 30.683,14 euros par an. Il se verra aussi remettre gracieusement 90% de la dette constituée par les redevances qu'il n'a pas été en mesure de régler, en 2013 et en 2014. Cette aide représente un montant de 49.216 euros. EELV, le PCF et le PG se sont inquiétés de l'atteinte à «l'esprit» de la loi de 1905 sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat, qui interdit que la République finance les cultes.

«Si le CFCM a bien une vocation de représentation du culte, il n'est pas une association cultuelle», a argué le Premier adjoint Bruno Julliard (PS), chargé notamment de la Culture. Le conseiller de Paris EELV Pascal Julien a pourtant pointé une «ambiguïté», alors que le site internet du CFCM permet en «un clic» d'avoir accès «à un appel à la prière», «un prêche» ou une «récitation du Coran».

 

Published by Section de Boulogne Billancourt du Front National.
commenter cet article
16 avril 2015 4 16 /04 /avril /2015 11:08

CNN, New York Times... La présidente du Front national intrigue à l'international où on semble lui reconnaître une volonté de trancher avec le FN de son père. Une forme d’influence suffisante pour que le magazine Time décide de la placer dans le top 100 des personnalités les plus influentes du monde.

La présidente du Front national peut se frotter les mains. Selon BFMTV, elle figure parmi le classement des 100 personnalités les plus influentes au monde établi chaque année par le magazine américain Time, qui sera dévoilé dans la journée.

Des interventions médiatiques

Une consécration pour Marine Le Pen qui voit aussi son parcours reconnu à l'international. Elle apparaît ainsi comme une femme politique qui commence à compter sur la scène mondiale. D'ailleurs, la présidente du Front National n'hésite plus à accepter les sollicitations des médias hors de nos frontières. En mars, elle avait été ainsi invitée CNN, diffusée dans plus de 200 pays. Après les attentats de janvier en France, le New York Times lui avait d'ailleurs consacré une tribune.

En mai 2014, le Time lui consacrait aussi sa Une avec une interview où elle appelait à faire disparaître l'Union européenne.

 

Published by Section de Boulogne Billancourt du Front National.
commenter cet article
15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 13:13

Les sociétés d'autoroutes auraient contourné un certain nombre d'engagements afin de favoriser leurs filiales ou encore afin d'augmenter les prix.

Les sociétés d'autoroutes auraient contourné un certain nombre d'engagements afin de favoriser leurs filiales ou encore afin d'augmenter les prix.

L'Obs a révélé, vendredi 10 avril, la teneur d'un rapport explosif sur les sociétés autoroutières qui n'auraient pas respecté les engagements pris au moment des privatisations. Factures gonflées, absence d'appels d'offres, opacité tarifaire... Les sociétés autoroutières sont pointées du doigt.

Après le rapport sur le gaz de schiste, voilà un nouveau rapport qui semble avoir été classé sans suite par le gouvernement. Cette fois, il s'agit des concessions d'autoroutes. C'est L'Obs qui a divulgué les grandes lignes de ce rapport, que le gouvernement a tenté d'enterrer.

Ce rapport a été rédigé par la Commission nationale des marchés des sociétés concessionnaires d'autoroutes. Cette structure est chargée de veiller à la bonne tenue des appels d'offres dans le secteur de la maintenance des infrastructures autoroutières françaises au lendemain des privatisations menées par Dominique de Villepin, en 2005.

Les règles ont été contournées

A l'époque, le deal était simple, les recettes des péages devaient servir à la maintenance, 

 l'investissement, la réfection du réseau... et à rien d'autre - comprendre: pas question de remonter les bénéfices pour financer d'autres projets des différents groupes concessionnaires (Vinci, Eiffage, Abertis, Macquarie...).

Très rapidement, les autorités de la concurrence ont mis en avant le risque que les marchés soient réservés à des filiales des groupes, s'affranchissant ainsi de la mise en concurrence.

Dans le rapport de la Commission nationale des marchés, plusieurs dysfonctionnements ont entravé le contrôle de ces sociétés. Les sociétés ont ainsi refusé de fournir les détails des contrats de moins de 2 millions d'euros pour lesquels ils n'ont aucune obligation de transparence. La commission craint que les groupes aient découpé de gros contrats en plusieurs plus petits pour rester dans les clous de la loi.

Des prix surestimés, des avenants à outrance...

Plus grave encore, la Commission estime que les prix ont été surestimés. D'ailleurs, elle se plaint, dans son rapport, que certaines sociétés d'autoroutes notamment les filiales de Vinci (ASF et Escota) aient refusé de transmettre les prix qui ont été appliqués.

Les prix transmis par leurs rivaux en 2013 montrent qu'ils ont été surestimés. Pour ne rien arranger, la Commission observe que les sociétés d'autoroutes ont allégrement fait gonfler les factures au travers d'avenants ajoutés après le début des travaux. Le rapport évoque une hausse comprise entre 15% et 52% du prix des travaux.

Un statut spécial pour Cofiroute

Le rapport de la Commission pointe également l'absence de réelle indépendance des organes de contrôles internes. En réalité, les groupes ont installé des anciens cadres à la tête de ces organes.

Enfin, le rapport déplore que Cofiroute ne soit pas éligible à toutes ces règles, compte tenu du fait qu'elle n'a jamais été publique.

 

Published by Section de Boulogne Billancourt du Front National.
commenter cet article
15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 13:09

ILLUSTRATION. Une bande de proxénète qui terrorisait des prostitués du Bois de Boulogne a été démantelée à Paris la semaine dernière.

Menaces avec armes, coups et agressions sexuelles... La bande de proxénètes qui vient d'être démantelée par la police ne reculait devant rien pour maintenir sous sa coupe des prostitués - travestis ou femmes - travaillant au Bois de Boulogne.

Au terme d'un mois d'enquête,  grâce aux témoignages des victimes et après la mise en place d'une surveillance, les enquêteurs ont identifiés six hommes. Interpellés le 7 avril, ces derniers viennent d'être écroués. Ils sont soupçonnés d'avoir terrorisés les prostitués afin de leur extorquer des fonds.

Les souteneurs avaient fait d'un secteur de ce bois, haut lieu de prostitution de la capitale, leur territoire. En échange de l'argent soutiré, ils surveillaient les emplacements «attribués» aux travestis et femmes qu'ils avaient placé sous «protection» forcée. Cette portion du Bois de Boulogne était organisée de façon quasi-administrative par les proxénètes, qui avaient même instauré un système de taxi clandestin pour déposer les prostitués au bois et les ramener chez elle à la fin de leur service. Les victimes qui refusaient d'adhérer au système étaient menacées, voire battues ou violées.

Un dealeur surnommé «Baj» et originaire de Seine-Saint-Denis fournissait des stupéfiants aux prostitués, les menaçant régulièrement avec une arme, selon les témoignages recueillis par la police.

Originaires de banlieue parisienne et d'Amérique du Sud, les six proxénètes présumés ont été mis en examen et placés en détention provisoire en fin de semaine dernière. Le «cerveau» présumé de la bande serait un délinquant de 21 ans originaire de Seine-et-Marne. Se faisant  appeler «Gucci», il a déjà été mis en cause dans un dossier d'extorsions au préjudice de travestis et transexuels en 2011, alors qu'il était mineur.

L'enquête se poursuit, notamment pour retrouver éventuellement d'autres victimes.

 

Un réseau roumain démantelé en décembre

En décembre dernier, une quinzaine de ressortissants roumains avaient été interpellés par les enquêteurs de la brigade de répression du proxénétisme (BRP) de 
Paris dans le cadre d'une vaste enquête sur un réseau de prostituées, implanté dans la capitale. Une trentaine de jeunes filles étaient tombées sous la coupe des organisateurs de ce réseau. Selon les premières investigations, les prostituées étaient contraintes de reverser l'intégralité de leurs gains à leurs proxénètes. En cas de résistance, elles étaient humiliées et frappées par ces derniers. La plupart de ces jeunes filles étaient déposées par des souteneurs ou leurs compagnes dans les bois de Boulogne et de Vincennes, ainsi que le long des boulevards des Maréchaux à Paris.

 

 

Published by Section de Boulogne Billancourt du Front National.
commenter cet article
14 avril 2015 2 14 /04 /avril /2015 14:19

L'actualité française et internationale par la rédaction d'Europe 1 - Politique, culture, faits divers, économie, médias.

CALCULS - A quoi ressemblerait l'Assemblée nationale si François Hollande décidait de la dissoudre ? Europe 1 a effectué des projections à partir du résultat des élections départementales.

Si les élections législatives avaient lieu aujourd'hui...

"J'ai décidé de dissoudre l'Assemblée nationale". Que se passerait-il si François Hollande prononçait aujourd'hui cette phrase lancée par Jacques Chirac en 1997 ? Europe 1 a fait le calcul, en réalisant des projections sur d'éventuelles élections législatives à partir du résultat des départementales de mars. Les principaux enseignements : une victoire de la droite, un contingent Front national solide bien que minoritaire, mais aussi une bonne résistance du bloc de gauche.

En superposant la carte des circonscriptions sur celle des nouveaux cantons, on peut projeter les choix des électeurs aux départementales sur 513 des 577 circonscriptions, Paris, Lyon, certains territoires d'outre-mer et les Français de l'étranger n'étant pas concernés par les départementales.

>> Voici les résultats de ces projections :

• La droite et le centre l'emporteraient en obtenant entre 273 et 310 députés, contre 228 aujourd'hui en additionnant l'UMP et l'UDI. La conséquence serait une cohabitation, puisque François Hollande serait contraint de nommer un Premier ministre issu de la majorité qui se dégage à l'Assemblée.

• Le bloc de gauche oscillerait entre 171 et 213 députés, contre 338 aujourd'hui si l'on ajoute les communistes, radicaux et écologistes aux élus socialistes. Une forte baisse, mais pas un effondrement : on est loin des législatives de 1993, lorsque le PS était tombé à 57 députés. Le PCF serait certain de conserver au moins deux élus. Dans le cas des Verts, leur présence à l'Assemblée reposerait en grande partie sur leur capacité à s'accorder avec le PS. Ce qu'ils ont refusé dans la plupart des cantons lors des départementales.

• Quant au Front national, il enverrait entre 19 et 36 députés à l'Assemblée nationale. Soit une explosion de son contingent, puisqu'il ne dispose actuellement que de deux élus, dont l'un n'est même pas étiqueté FN mais Rassemblement bleu marine. Surtout, ce nombre lui permettrait de former un groupe politique au Palais Bourbon, et donc d'accéder à des postes clés de l'Hémicycle.

Méthodologie. Nous avons établi ces projections à partir des résultats du premier tour des élections départementales, en répartissant les voix en trois blocs gauche/droite/FN. Nous avons pris en compte trois à quatre cantons par circonscription, généralement les plus peuplés, en tenant compte de leur diversité (équilibre entre le centre et la périphérie). Ces estimations ont été pondérées en fonction des reports de voix (souvent peu favorables entre la gauche de la gauche et le PS) et de l'historique électoral des circonscriptions. Une forte incertitude persiste dans 48 circonscriptions, où les scores de la droite, de la gauche et du FN présentent des écarts très faibles.

 

 

Published by Section de Boulogne Billancourt du Front National.
commenter cet article
13 avril 2015 1 13 /04 /avril /2015 15:30
Sondage Régionales ILe de France: Le FN à 19%.
Published by Section de Boulogne Billancourt du Front National.
commenter cet article
13 avril 2015 1 13 /04 /avril /2015 15:15

20minutes.fr

Une immeuble HLM à Neuilly-sur-Seine, le 13 septembre 2013

Un système à revoir de fond en comble. Dans un rapport que s’est procuré Le Parisien, la Cour des comptes dénonce la manière dont sont attribués les logements sociaux dans la région parisienne. «Ses magistrats, qui ont travaillé sur la période 2005-2012, font un constat étonnant: en Ile-de-France, on ne construit pas de logements sociaux pour les bonnes personnes!», écrit le quotidien. Voici pourquoi.

Des logements attribués aux plus riches…

Le Parisien rappelle d’abord que «dans les HLM, plusieurs types de logements sont disponibles». D’abord, les PLAI, qui sont «réservés aux ménages les plus modestes, soit 1.200 euros de revenu par mois pour une personne seule». Ensuite, les PLUS qui s'adressent à des personnes gagnant moins de 2.100 euros par mois pour un célibataire. Enfin, les PLS, «qui visent des locataires plus aisés, de l'ordre de 2.800 euros par mois pour une personne seule». Si «70% des demandeurs présentent un profil de type PLAI», «au cours de la période 2005-2012, l'agrément des PLS l'a emporté en Ile-de-France», précise le quotidien.

… Et des critères qui ne sont pas réévalués

D’après la Cour des comptes, il est urgent de mettre fin à la règle du maintien dans les lieux. «A partir du moment où une famille accède à un logement social, elle le conserve autant d'années qu'elle le souhaite. Et ce, même si de nombreux changements ont eu lieu au fil des ans: enfants partis du foyer, accumulation d'un patrimoine (acquisition d'une résidence secondaire, etc.) ou, même -pour les plus de 65 ans- des revenus ayant fortement progressé...», détaille Le Parisien.

Des loyers trop faibles pour nombre de ménages

La Cour des comptes recommande également de renforcer les surloyers pratiqués dans le logement social. C’est-à-dire de majorer plus fortement les loyers des personnes ayant des revenus confortables. Car, pour l’instant, les bailleurs ne peuvent demander à un ménage de payer en loyer plus du quart de leurs revenus.

Les magistrats de la rue Cambon demandent également de faire évoluer les loyers en fonction de «l'attractivité du quartier, le niveau des prix du marché et le niveau de revenu du locataire», écrit Le Parisien. Qui assure: «Si le gouvernement se refuse à toute hausse globale des loyers dans les logements sociaux, il envisagerait, selon la Cour, d'autoriser les bailleurs à "hausser le loyer de certains logements et en baisser d'autres, tout en respectant une enveloppe globale"».

 

Published by Section de Boulogne Billancourt du Front National.
commenter cet article
13 avril 2015 1 13 /04 /avril /2015 15:10

Rueil-Malmaison. La suppression du petit train touristique va permettre de dégager une économie de 80 000 € par an.

Rueil n’échappera pas aux hausses d’impôt. Le maire (UMP) Patrick Ollier avait pourtant promis lors des dernières élections municipales qu’ils n’augmenteraient pas. Cela a été le cas en 2014, mais avec le nouveau contexte budgétaire que connaissent les communes, il a dû changer son fusild’épaule.

Cette année, le taux de la taxe d’habitation augmentera de 3 % et celui de la taxe foncière de 5 %. Un nouvel effort sera demandé l’année prochaine, où une nouvelle hausse des taux de 3 % en moyenne est envisagée. Pour 2017, en revanche, les taux devraient garder le même niveau. La mairie s’y engage.

« Entre la péréquation (NDLR : système de redistribution financière qui vise à réduire les inégalités entre les villes), le coût de la réforme des rythmes scolaires, la revalorisation des salaires des fonctionnaires de catégories B et C, et la dotation globale de fonctionnement qui baisse de 2,5 M€, l’État nous prend 8,9 M€ », énumère Patrick Ollier. Les hausses d’impôts ne suffiront cependant pas, et la ville a décidé plusieurs coupes.

Le plus important poste d’économies concerne le personnel municipal. Le non-remplacement de départs à la retraite a commencé l’an dernier. Cette année, cette mesure sera élargie aux départs pour cause de mutation. En tout, cela devrait permettre de gagner 1,1 M€.

Fini le petit train

Plus symbolique, le petit train touristique va rester au garage pour un temps indéterminé. « C’est moi qui l’ai créé parce qu’il y en avait un à Serre-Chevalier (NDLR : dans les Hautes-Alpes, où il a été longtemps maire), précise Patrick Ollier. Je voulais le faire pour amener les gens de la halte fluviale au centre-ville, mais la halte fluviale n’a jamais été réalisée. Le petit train était devenu un transport public gratuit. » Sa disparition représente 80 000 € de dépense en moins par an.

Les associations rueilloises seront aussi impactées. Leurs subventions municipales vont baisser de 10 %, ce qui va dégager 650 000 €. « Si une association ou un club a une difficulté pour faire face à un événement important, on ne les laissera pas tomber, assure Patrick Ollier. Mais il faudra qu’ils passent devant le maire pour s’expliquer. »

 

Published by Section de Boulogne Billancourt du Front National.
commenter cet article

Blog tenu par Julien Dufour.

                      affiche campagne Julien DUFOUR

Julien DUFOUR,

Chargé de Mission du FN 92,

Secrétaire du FN-RBM de Boulogne-Billancourt,

 

 

Recherche

Calendrier:

31 janvier, 15h00

Galette du FN 92

Invité d'Honneur: David Rachline,

-Sénateur du Var,

Maire de Fréjus

David Rachline, Sénateur-Maire de Fréjus, invité d'Honneur de la Galette du FN 92, le 31 janvier 2016 à Boulogne-Billancourt.

Nous contacter:

Si vous souhaitez vous rapprocher de nous, militer et défendre vos convictions au niveau local, vous pouvez nous joindre

par mail:

fn92@frontnational.com

ou par téléphone au

06.65.86.46.92

La permanence du FN 92

est située au

80, avenue Edouard Vaillant.

(A 100 m de la Place Marcel Sembat).

Suivez Julien Dufour sur Twitter:

Visiteurs:

Sur ce site, vous êtes actuellement:

Visiteurs uniques depuis la création du blog.