Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 12:45

Résultat de recherche d'images pour "le parisien"

Les photos de clients, soupçonnés d'avoir volé des produits dans les rayons, figurent en bonne place à l'entrée d'un magasin parisien. Une méthode choc qui divise.

Paris (XVe), hier. Sous les photos des voleurs présumés, installés sur un tableau à l’entrée du magasin, on peut lire « vol déo + chocolat tablette 2014 », « vol chapon 2013 », « vol foie gras », « pickpocket », « vol bières », « vol lait infantile ».

Des allées propres et bien éclairées, des rayons fournis et une clientèle nombreuse... A première vue, le Carrefour City de la rue de Vaugirard (XVe) à Paris, à deux pas du commissariat et du siège de l'UMP, a tout d'un supermarché de quartier comme les autres.

A ce détail près que la direction a installé, bien en vue à l'entrée, une grande pancarte surmontée d'une quinzaine de photos de clients -- ou plutôt de voleurs présumés, à en croire les légendes qui les accompagnent. « Vol déo + chocolat tablette 2014 », « vol chapon 2013 », « vol foie gras », « pickpocket », « vol bières », « vol lait infantile », peut-on lire notamment sous ces photos issues des images de vidéosurveillance et sur lesquelles les personnes visées, que l'on voit déambuler dans le magasin, sont clairement identifiables.

Une initiative qui remonterait à au moins deux ans, d'après les confidences d'une employée, mais aussi d'un habitué des lieux. « Avant, ils scotchaient des photos en noir et blanc sur les poteaux un peu partout à l'intérieur. Mais la pancarte avec les photos couleur, ça, c'est récent », précise Pierre, qui, bien que condamnant cette pratique, continue à fréquenter l'enseigne « trois à quatre fois par semaine ».

Au-delà de ses enjeux légaux, cette méthode pour le moins inhabituelle pose aussi des questions morales qui divisent les clients. « J'ai, en effet, remarqué le panneau en entrant et je trouve ça plus que moyen, réagit Olivier, un trentenaire venu faire quelques emplettes pour son déjeuner dominical. C'est complètement illégal, l'image d'une personne relève de sa vie privée. Qui nous dit qu'ils ont vraiment volé ? Ce n'est pas au magasin de faire la police. » Yves, 51 ans, se dit même « scandalisé » par ce qui s'apparente pour lui à un « mur des voleurs ». « Il y a un côté délation qui me dérange. On aura vraiment tout vu ! » s'exclame-t-il.

Dans les allées surveillées de près par plusieurs vigiles, certains se montrent pourtant plus nuancés. « J'avoue que je ne me suis pas arrêtée dessus, reconnaît Barbara, 34 ans. Il y a de plus en plus de vols dans les magasins du quartier. Ici même, il y a quelques mois, j'ai vu les employés courir après quelqu'un, mais ils n'ont pas pu le rattraper... Moi-même, on a plusieurs fois fouillé mon sac. » Isabelle, qui, absorbée par la surveillance de son jeune fils, avoue n'avoir « jamais remarqué » la pancarte, a elle aussi été témoin de plusieurs rapines. « Je me mets à la place du directeur qui, pour en arriver là, doit être excédé. » « Vous savez, là il y en a quinze, mais des photos comme ça, on pourrait en afficher 3 000 », confirme, laconique, un employé.

D'après l'une de ses collègues, l'idée ne serait pas tant de désigner les indélicats à la vindicte populaire que de « mettre en garde les vigiles sur ces personnes qui ont été identifiées à plusieurs reprises » après visionnage des bandes. D'après elle, la question de la légalité aurait même été tranchée par « un policier qui est passé et nous a dit qu'on avait le droit ». Une autre cliente, qui vit entre Paris et Londres, observe que, de l'autre côté de la Manche, « c'est courant, et ça ne choque personne ».

Le directeur du magasin, absent hier, n'a pas pu être joint. Pour sa part, le groupe Carrefour souligne qu'il s'agit là « d'un cas isolé » et d'une « initiative relevant d'un magasin franchisé et absolument pas de l'enseigne ». Le géant de la distribution ajoute également avoir « demandé le retrait immédiat du panneau ».

Published by Section de Boulogne Billancourt du Front National. - dans Actualité locale
commenter cet article
17 février 2015 2 17 /02 /février /2015 15:12

Tommy-Anou-rejoint-le-RBM.png

Tommy Anou avec Marine le Pen

1. Pouvez-vous vous présenter en quelques mots.

Villénogarennois depuis toujours, j’aime ma ville et j’ai souhaité m’investir pour tous mes concitoyens. Je suis également impliqué dans la commune de Villeneuve-la-Garenne depuis plusieurs années avec force de volontariat. J’ai acquis une bonne connaissance de notre ville, de ses enjeux, de ses atouts mais également de ses problématiques. Issue d’une école de commerce parisienne, j’occupe actuellement un poste de délégué commercial dans le domaine de la santé. En mars 2014, j’ai été élu conseiller municipal pour représenter une partie de la population.

2. Pourquoi avez-vous rejoint le RBM ?

En tant que conseiller municipal d’opposition, je m’efforce de défendre avec intégrité la vision que je porte pour ma commune. Je désire être une contestation constructive en justifiant l’injustice de certains projets proposés par l’UMP et le PS. Tout comme de nombreuses personnes, je constate avec impuissance le déclin de la puissance économique française. En cette raison, j’ai intégré le RBM puisqu’il est l’unique parti politique à proposer une véritable alternative pour l’avenir de la France. Effectivement, son programme économique est en adéquation avec le modèle financier que je souhaite pour notre pays. Je suis contre l’ultra-libéralisme et la régence de l’Union Européenne sur l’économie française. L'Europe qu'on nous a vendue ne fonctionne pas et aucun gouvernement au pouvoir n’a pris la responsabilité de s’opposer à ce système en échec. L’intervention de l’Etat français est nécessaire pour réindustrialiser nos territoires et encourager nos futurs entrepreneurs. Je suis convaincu que le programme économique du RBM est le seul à avoir la capacité de lutter efficacement contre le manque de logement, la hausse du taux de chômage et le faible pouvoir d’achat. Pour se programme auquel je crois fermement, j’ai adhéré à ce groupement politique et je désire contribuer à son fonctionnement.

3. Quelles sont les perspectives de développement du FN-RBM dans votre ville et dans les Hauts-de-Seine ?

Si les Hauts-de-Seine constitue un des départements les plus riches de France et des plus peuplés, notre canton de Gennevilliers à contrario dispose du plus fort taux de chômage et des plus longues listes d’attentes de logement. Ce paradoxe est dû à la politique d’inégalité appliquée sur nos territoires en total contradiction avec les principes fondamentaux de notre république qui prône l’égalité. Les perspectives d’évolution du FN-RBM sont favorables puisqu’il obtient ses meilleurs résultats aux européennes dans les deux communes de Gennevilliers et Villeneuve-la-Garenne.  Les habitants ont entendu les promesses des partis politiques au pouvoir mais attendent toujours des actions concrètes. Les élus des autres partis politiques sont conscients que notre modèle économique actuel ne fonctionne pas. Ils sont toutefois dans l’incapacité d’admettre que l’ultra-libéralisme est néfaste à notre croissance et que celui-ci cause une austérité fleurissante. Tant qu’ils resteront dans le déni et qu’ils s’entêteront à nier l’évidence même que leurs positionnements actuels ne disposent d’aucune solutions pour l’avenir de notre pays, le FN-RBM continuera à progresser et cela même dans le bastion UMP des Hauts-de-Seine. Les français ne souhaitent pas attendre que leur pays se retrouve dans la même situation que la Grèce pour revoir son modèle économique et lutter contre les institutions européennes. En effet à chaque élection de nouvelles personnes adhèrent au programme du FN même si les médias font leurs maximums pour les décourager en dénigrant ce parti et en véhiculant une image néfaste. Le succès de ce parti est possible grâce aux citoyens qui défendent leurs convictions et pensent par eux-même sans se laisser intoxiquer.

Published by Section de Boulogne Billancourt du Front National. - dans Actualité locale
commenter cet article
17 février 2015 2 17 /02 /février /2015 14:54

LAurent-Salles.pngAprès la condamnation en 2014 du candidat suppléant socialiste sur le canton Nanterre 2 Xavier IACOVELLI à trois mois de prison avec sursis et une amende de 3120,46 € pour escroquerie, c'est au tour d'une autre élue PS de Nanterre d'être condamnée le 15 janvier dernier à deux ans d'emprisonnement ferme pour "abus de confiance" et "escroquerie". Le Tribunal correctionnel l'a donc déclarée coupable de détournements de fonds, prélevés dans la caisse d'une association qu'elle présidait entre 2004 et 2008. Montant du butin : 60 000 €. Rappelons que 4 élus Nanterriens de gauche, toujours les mêmes, furent déjà condamnés en 2011 pour "prise illégale d'intérêts" à des peines d'amende de 1000 à 2000 €. Toujours prompte à donner des leçons de morale et de respectabilité aux élus FN de Suresnes, notamment lors du Conseil municipal du 11 février 2015, LA "JE SUIS CHARLIE" locale offre ce qu'elle sait faire le mieux, à savoir le pire. C'est donc le coeur en bandoulière que la Gauche détourne l'argent public ! Laurent SALLES et Colette GADIOT, candidats sur le Canton Nanterre 2 aux élections départementales et Renaud CHARBONNIER et Frédérique CINGALA candidats sur Canton Nanterre 1, appellent les Suresnois et les Nanterriens aux convictions patriotes à suivre l'exemple des électeurs du Doubs dans leur ralliement au Front National. 

Published by Section de Boulogne Billancourt du Front National. - dans Actualité locale
commenter cet article
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 17:05

Louis Aliot était l’invité du FN 92 pour sa traditionnelle galette qui se déroulait cette année à Antony.

Accueilli par Guillaume L’Huillier, nouveau Chargé de Mission du FN dans le département des Hauts-de-Seine et par Michel Georget, candidat aux élections départementales sur le canton d’Antony, et devant plus de 150 adhérents et militants, Louis Aliot a livré a exposé sa vision de l’actualité et ses réflexions sur la société française.

Il est d’abord revenu sur l’impact des événements du mois de janvier sur la société française et ses conséquences sur la vie politique, ainsi que la manipulation des esprits qui en a suivi, et rappelé que l’Internationale, qui a été chantée dans certaines cérémonies funéraires liées à Charlie Hebdo, a représenté sans exception dans l’Histoire des systèmes totalitaires, où la liberté d’expression n’a jamais été respectée, liberté d’expression qui, en France, est à géométrie variable, et sert souvent à baillonner le FN. Louis Aliot a revendiqué pour le FN le droit de « pouvoir parler de tout ».

Le vice-Président du FN a ensuite évoqué les problèmes de la société française, et mis en exergue les réponses inadéquates que l’UMPS, au pouvoir depuis 40 ans, a prises, qui ont contribué à ce qu’aujourd’hui dans certains quartiers, « il est plus facile d’acheter des kalachnikovs que de sandwichs au jambon ».

Louis Aliot a ensuite appelé nos candidats aux élections départementales et nos cadres à être irréprochables dans leurs actes, leurs propos et leur campagne, afin de démontrer à nos adversaires que notre ligne de conduite exprime avant tout le bon sens populaire et s’adresse à tous les français.

Louis Aliot a tenu à rappeler que la progression du FN était liée au fait que le notre parti s’adressait à tous les Français, et que le FN ne pouvait être catalogué comme étant de droite ou de gauche, quand on voit les turpitudes des partis censés représentés les valeurs de ces deux bords.

L’afflux de nouveaux militants issus de la droite comme de la gauche, nous conduit à ouvrir nos rangs à des personnes ayant eu une autre sensibilité précédemment.

La galette ayant eu lieu avant l’annonce des résultats de la législative partielle du Doubs, Louis Aliot a expliqué que dans le cas où le FN arriverait en tête du premier tour, ce qui s’est avéré exact, ce résultat marquerait les premières secousses du tremblement de terre qui provoquera le tsunami Bleu Blanc Rouge qui va bientôt déferler sur la France, aidé en cela par le résultat de Syriza en Grèce.

A la fin de l’allocution de Louis Aliot, de délicieuses galettes concoctées par un de nos militants, boulanger de son état, attendaient nos adhérents qui ont eu le plaisir de pouvoir converser à loisir avec un Louis Aliot toujours aussi sympathique et disponible.

Published by Section de Boulogne Billancourt du Front National. - dans Actualité locale
commenter cet article
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 21:00

galette-ALIOT-92.jpg

Louis Aliot invité d'honneur de la galette du FN92, le 1er février à Antony.

5 €uros galette et cidre. 

Attention: places limitées.

N'hésitez pas à vous inscrire au plus vite et à envoyer votre chèque à l'adresse marquée sur le visuel...

Published by Section de Boulogne Billancourt du Front National. - dans Actualité locale
commenter cet article
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 15:13

Les villes du département qui détiennent un emprunt basé sur la monnaie helvétique, actuellement en forte hausse, doivent faire face à une flambée des taux qui risque de peser sur leur budget.

Rueil-Malmaison. La ville a négocié avec les banques pour transformer ses emprunts à taux variable en taux fixe. Mais il lui en reste notamment un, de 10,7 M€, indexé sur le franc suisse. Depuis jeudi, le cours de cette monnaie n’est plus bloqué sur l’euro.

L'envolée du franc suisse, ces derniers jours, inquiète de nombreuses collectivités locales qui avaient souscrit des emprunts « structurés », souvent dits « toxiques » (lire ci-dessous), dont les taux étaient indexés sur la variation de cette monnaie.

Parmi les communes du département qui admettent en détenir, chacun sa stratégie : l'attentisme à Antony, ou l'attaque à Châtillon, qui poursuit les banques en justice, suivant la voie lancée par Asnières (voir encadré). Ou encore la négociation, comme Châtenay et Rueil : pour les collectivités qui veulent se sortir de ces emprunts risqués, l'Etat a mis en place un fonds de soutien qui finance une partie des pénalités réclamées par les banques en cas de remboursement anticipé. Mais avec la flambée des taux, ces pénalités explosent et l'enveloppe prévue, 1,5 Mds€ au total, risque de ne pas suffire.

Antony fait le dos rond

C'est le bond le plus spectaculaire : un emprunt indexé sur le cours euro-franc suisse, souscrit en 2007 au taux de 2,7 %, vient de passer à 26,04 % ! Un prêt de 8,9 M€ qui court sur 20 ans, et dont Antony doit encore rembourser 7 M€. « 26 %, ça fait mal, mais ça ne nous coule pas ! » minimise le maire UMP Jean-Yves Sénant. Qui devra tout de même débourser 350 000 € supplémentaires à la prochaine échéance, en avril, si ce taux se maintient. Mais pas question de céder à la panique : « On pourrait essayer de renégocier, mais ça coûterait trop cher (NDLR : le coût de sortie anticipé a presque doublé en un an, passant de 6 à 11 M€), estime le maire. Il vaut mieux continuer, je fais le pari que le franc suisse va revenir à la normale ». « De l'inconscience financière » pour l'opposition qui proteste contre une gestion qui tient selon elle du « boursicotage » : sur 116 M€ de dette au total, il y a 15 M€ d'emprunts, soit 13 %, classés à très haut risque, proteste le socialiste François Rivet.

Châtillon passe à l'attaque

Plus de 25 % ! C'est le taux atteint par un emprunt souscrit par Châtillon auprès de l'ex-banque Dexia, basé sur le cours du franc suisse. Il lui reste 9,3 M€ de capital à rembourser d'ici 2 034. Si elle devait se désengager aujourd'hui, la ville devrait payer 20 M€, soit 610 € par habitant. La municipalité, qui avait lancé une procédure de négociation à l'amiable, privilégie aujourd'hui la voie judiciaire. « Le remboursement anticipé n'est pas intéressant, l'indemnité de sortie trop importante », justifie le maire UMP Jean-Pierre Schosteck. Châtillon préfère donc attaquer la Société de financement local (Sfil), la structure qui a remplacé Dexia. Une autre procédure est en cours pour tenter de se dépêtrer d'un emprunt basé, lui, sur la différence des cours euro-dollar et euro-franc suisse : son taux d'intérêt atteint 8,21 %, et il en coûterait aujourd'hui 4,9 M€ (150 € par habitant) pour en sortir.

« Ça fait des années qu'on disait que ces emprunts sont une bombe à retardement, et le maire minimisait. Malheureusement, on voit qu'il avait tort », grince la conseillère d'opposition PS Martine Gouriet, qui craint des répercussions sur les impôts locaux.

Châtenay, Rueil et Bois-Colombes négocient

Châtenay-Malabry, on s'envole à 19 %... Le maire UMP Georges Siffredi l'assure, la plupart des prêts à risque ont été sécurisés. Mais il reste cet emprunt Dexia de 5 M€, indexé sur la monnaie suisse, qui court jusqu'en 2036. Son taux a plus que doublé ces jours-ci, mais le maire ne veut pas s'inquiéter : une procédure est en cours avec la Sfil. Un protocole d'accord qui prévoit un passage à taux fixe et le recours au fonds de soutien de l'Etat va être signé. « Nous n'attendons que son passage en commission nationale », indique l'élu. Mais l'opposition s'inquiète : « Vu la situation, qui nous dit que ce protocole va rester valable ? » souligne Sylvie Delaune, conseillère municipale PS. Et sans aide, l'ardoise risque d'être salée : « Le coût de sortie de l'emprunt est passé de 2,1 M€ début janvier à 5,5 M€, soit 170 € par habitant », insiste la socialiste.

Rueil-Malmaison, on n'aime pas parler d'emprunts toxiques, on préfère dire « structurés ». Selon l'entourage du maire UMP Patrick Ollier, ces prêts ne concerneraient aujourd'hui plus que 40 M€ sur une dette de 152 M€. Loin donc des 75 % d'emprunts à risque dénoncés en 2011 par l'opposition socialiste. Aujourd'hui, il n'en resterait plus que cinq, dont un seul indexé sur le cours du franc suisse, souscrit auprès de la Sfil, pour lequel la ville a encore 10,7 M€ de capital à rembourser. « On est en phase finale de négociation avec les banques pour passer à taux fixe », assure la mairie, qui a aussi sollicité l'aide du fonds de l'État.

Bois-Colombes avait pris de l'avance. La ville possède encore un emprunt indexé sur le franc suisse. « Le capital restant dû est de 5,3 M€ sur un encours de dette de 35 M€, minimise la municipalité UMP. L'échéance est dans 23 ans, mais nous sommes sur le point d'en sortir. » Bois-Colombes avait déposé un recours contentieux contre Dexia, avant d'entrer finalement en négociation. « Nous avons renvoyé le protocole d'accord signé. En principe, nous en serons sortis avant la prochaine échéance, il n'y aura pas eu d'impact. »

Published by Section de Boulogne Billancourt du Front National. - dans Actualité locale
commenter cet article
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 20:40

 

STOP AUX PLEUREUSES PROFESSIONNELLES DE L’UMPS!

 

Le « rassemblement autour des religions » qu’organise le maire Umps de Suresnes le mercredi 21 janvier prochain à la suite des récents attentats, ressemble à une vulgaire opération de com à la veille des élections départementales auxquelles Colette GADIOT et moi-même serons ses principaux opposants.  Le PS local pariant sur un duel FN – UMP au second tour.

A cette posture hypocrite de ceux qui organisent l’immigration, terreau sur lequel s’est développée l’islam radical chez nous,  les élus FN de Suresnes ne prendront pas part à ce simulacre de « Patriot act » local et appellent les Suresnois et Nanterriens à en faire autant.

De plus, nous refusons le terme « communauté », concept antirépublicain répété à satiété par les pleureuses de l’Umps, qui constitue un risque majeur pour l’unité et l’indivisibilité de la République.  Nous refusons cette politique de submersion migratoire extra-européenne à laquelle notre pays est confronté depuis quatre décennies. Tout comme Michel Poniatowski - ministre de l’intérieur de VGE - nous pensons que: « C’est une tragique illusion que de vouloir faire coexister dans un même pays des communautés ayant des civilisations différentes. L’affrontement est alors inévitable. Les grands conflits ne sont pas des conflits de race, mais de croyance et de culture ». Les récents attentats, comme les récurrentes violences urbaines en sont hélas les prémisses.

 

Laurent SALLES

Conseiller municipal et communautaire

suresnes-ps.png

 

 

 

Published by Section de Boulogne Billancourt du Front National. - dans Actualité locale
commenter cet article
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 14:17

fn92.jpeg

Un homme tué par balles à Boulogne-Billancourt fin décembre, fusillade à Montrouge la semaine passée, cadavre à Gennevilliers hier, prise d’otage en ce moment même à Colombe ! L’insécurité gagne le département de façon dramatique.

Terrorisme ou grand banditisme, nos concitoyens sont forcés de vivre la peur au ventre, victimes du laxisme de la classe politique UMPS incapable d’assurer l’ordre public.

Seul le Front National propose aujourd’hui la fermeté nécessaire pour rétablir l’ordre dans notre département, comme partout dans une France qui semble sombrer dans l’anarchie. Referendum sur la peine de mort, déchéance de la nationalité pour les criminels binationaux et fin du laxisme judiciaire sont devenus indispensables.

Published by Section de Boulogne Billancourt du Front National. - dans Actualité locale
commenter cet article
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 00:55

fn-92-twitter.png

Published by Section de Boulogne Billancourt du Front National. - dans Actualité locale
commenter cet article
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 12:24

Ce lundi après-midi, deux hommes seraient venus réclamer de l’argent à l’occupant d’un appartement de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine). Celui-ci s’est senti menacé et a tranché la carotide de l'un des deux avec un couteau.

Un homme a été mortellement blessé à l’arme blanche ce lundi après-midi, à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine). Selon les premiers éléments, vers 15 h 30, deux hommes seraient venus réclamer de l’argent à l’occupant d’un appartement de l’avenue du Roule. Celui-ci s’est senti menacé et s’est emparé d’un couteau.

Il a frappé un de ses interlocuteurs au niveau du cou, tranchant l’artère carotide. La victime est décédée quelques minutes plus tard des suites de ses blessures. L’auteur des coups et son autre visiteur ont tous deux été interpellés et placés en garde à vue. La PJ départementale a été saisie de l’enquête.

Published by Section de Boulogne Billancourt du Front National. - dans Actualité locale
commenter cet article

Blog tenu par Julien Dufour.

                      affiche campagne Julien DUFOUR

Julien DUFOUR,

Chargé de Mission du FN 92,

Secrétaire du FN-RBM de Boulogne-Billancourt,

 

 

Recherche

Calendrier:

31 janvier, 15h00

Galette du FN 92

Invité d'Honneur: David Rachline,

-Sénateur du Var,

Maire de Fréjus

David Rachline, Sénateur-Maire de Fréjus, invité d'Honneur de la Galette du FN 92, le 31 janvier 2016 à Boulogne-Billancourt.

Nous contacter:

Si vous souhaitez vous rapprocher de nous, militer et défendre vos convictions au niveau local, vous pouvez nous joindre

par mail:

fn92@frontnational.com

ou par téléphone au

06.65.86.46.92

La permanence du FN 92

est située au

80, avenue Edouard Vaillant.

(A 100 m de la Place Marcel Sembat).

Suivez Julien Dufour sur Twitter:

Visiteurs:

Sur ce site, vous êtes actuellement:

Visiteurs uniques depuis la création du blog.