Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 11:12

Deux maires

Au soir du second tour des élections municipales, le Front national comptait dix mairies. Déjà une victoire pour le parti de Marine Le Pen. Et si certains maires ont eu depuis des soucis judiciairesont vu leurs comptes de campagne invalidés ou se sont fait remarquer par le recrutement d’identitaires (à Cogolin ou à Beaucaire), d’autres ont rejoint le parti frontiste.

D’après Le Canard Enchaîné en kiosques ce mardi 23 décembre, depuis mars 2014, le FN avait déjà gonflé son nombre de mairies de dix à quinze, cinq maires s’étant découverts depuis le scrutin des affinités avec le parti de Marine Le Pen.

"Il faut désormais en ajouter deux autres", poursuit l’hebdomadaire satirique qui s’arrête sur le recrutement de ces deux nouveaux édiles. Ainsi Laurent Delmas, maire de la petite commune de Saint-Léger-en-Bray en Picardie, a-t-il pris sa carte d’adhérent au parti d’extrême droite. Il a été imité par Stéphane Montrelay, maire de Rans dans le Jura mais aussi, souligne Le Canard, militant syndicaliste à la CFDT. Un syndicat loin d’être, a priori, FN-compatible.

Published by Section de Boulogne Billancourt du Front National. - dans Municipales
commenter cet article
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 23:37
Published by Section de Boulogne Billancourt du Front National. - dans Municipales
commenter cet article
24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 22:17

 

 

lmpt.jpg

Published by Section de Boulogne Billancourt du Front National. - dans Municipales
commenter cet article
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 18:24

Diminutions des indemnités, baisse des impôts, recrutement de dix policiers... Les élus votent ce mercredi soir en mairie.

Robert Ménard tiendra certaines de ses promesses de campagne dès ce mercredi soir.

Le premier vrai conseil municipal de l’ère Ménard sera certainement très animé, ce mercredi soir à partir de 18 h à l’hôtel de Ville, malgré un ordre du jour quelque peu rébarbatif, puisque composé à 98 % de désignations de représentants de la Ville au sein de différents conseils d’administration, syndicats, associations, commissions...

Trois dossiers permettront en effet de sortir des torpeurs administratives, suscitant très certainement des observations et critiques de l’opposition. Le nouveau maire voulait frapper fort dès la première séance, il devrait y arriver.

Une baisse de 4 % des taux d’imposition

C’était l’une des principales promesses du candidat Ménard, ce sera la première mesure du maire. Il proposera ce soir "une baisse de 4 % des taux d’imposition des taxes directes locale 2013", est-il indiqué sur l’ordre du jour.

Les élus vont donc voter les taux suivants : 19,53 % (au lieu de 27,65 %) pour la taxe d’habitation ; 26,54 % (contre 20,34 %) pour la taxe foncière sur les propriétés bâties ; 60,06 % (à la place de 62,56 %) pour la taxe foncière sur les propriétés non bâties.

En jouant variablement sur ces trois taux, Robert Ménard devrait parvenir à une baisse globale de quatre points sur les recettes fiscales. Cela ne signifie pas une diminution générale de 4 % pour l’ensemble des contribuables, mais certains portefeuilles en seront forcément soulagés.

Très concrètement en revanche, avec un point de fiscalité à 500 000 € environ ainsi que l’avait rappelé Aimé Couquet lors du premier débat de campagne, cela signifie que la Ville va devoir composer avec 2 M€ de recettes en moins. Sur un budget principal de 161,240 M€, ce n’est pas neutre.

Comment compenser un tel manque à gagner, sachant que la commune devra peut-être aussi faire face à une baisse de la dotation globale de fonctionnement de l’État ou de nouvelles charges inhérentes à la mise en place de la réforme des rythmes scolaires (estimées à Béziers entre 800 000 € et 1 M€) ?

Robert Ménard donnera peut-être quelques pistes ce soir. Il avait déjà évoqué, pendant la campagne, des sources d’économies sur le fonctionnement. Il aurait par exemple à l’idée de réduire les dépenses liées au parc automobile. Ou les indemnités des élus. Cela ne suffira pas. Peut-il alors réduire la masse salariale ?

En moyenne, un agent municipal coûte 40 000 € à la Ville (charges comprises) et la mairie compte 1 650 personnes dans son effectif - pas tous à temps plein. Le maire voudra peut-être réduire certains services... Même s’il commence par un recrutement.

Autre piste pour compenser ces 2 M€ : le recours à l’emprunt. Mais c’est reporter sur les générations futures le remboursement du crédit.

Une baisse de 30 % des indemnités

Autre mesure votée ce soir, les indemnités de fonction des élus "correspondant à une minorité de 30 %", peut-on lire dans l’ordre du jour. Robert Ménard percevra une indemnité mensuelle de 5 176 € ; ses 14 adjoints la somme de 1 174 € ; les conseillers délégués toucheront pour leur part 782 € (des sommes “brut”).

Est-ce que cela correspond vraiment à une baisse de 30 % par rapport à l’équipe précédente ? Impossible à savoir pour le maire, puisque son prédécesseur recevait des indemnités écrêtées en raison du cumul des mandats. Pour les adjoints et conseillers municipaux, après enquête auprès des anciens élus, c’est une baisse de près d’un tiers qui est consentie.

"C’est bien, c’est symbolique, mais ils auraient pu faire comme à Boujan-sur-Libron où toutes les indemnités ont été supprimées", persifle l’une des anciennes élues. Raymond Couderc avait estimé dans nos colonnes que cette économie représente "0,18 % des dépenses de fonctionnement". Selon nos calculs, cette diminution de 30 % représente 190 000 € sur un an (sur un budget de fonctionnement de 102,4 M€). Et, en extrapolant, 1,1 M€ sur l’ensemble du mandat. Aux électeurs de juger la force du symbole.

Dix nouveaux policiers municipaux recrutés

C’est la 12e question à l’ordre du jour : le recrutement de dix policiers municipaux, "puisque la nouvelle municipalité s’est engagée à renforcer les effectifs de la police municipale, tout en élargissant ses horaires ainsi que la nature de ses interventions", est-il indiqué. Précisant comment ce recrutement est “financé” : "par le non-remplacement de départs en retraite dans d’autres secteurs d’activité".

Ce n’est de toute façon qu’une première étape, puisque Robert Ménard a promis de doubler les effectifs de la police municipale. Soit une quarantaine d’agents en plus. Ceux-ci seront par ailleurs armés. Tout cela s’échelonnera dans le temps, puisque des formations seront nécessaires.

Autant de débats en perspectives lors de prochains conseils municipaux.

Published by Section de Boulogne Billancourt du Front National. - dans Municipales
commenter cet article
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 10:13

Score du FN aux municipales : le président de l’Assemblée russe salue 'un tournant dans la vie politique de la France'

À l’Est de Nanterre, très à l’Est. A Moscou, très exactement. Marine Le Pen s’est rendue samedi 12 avril dans la capitale russe. La présidente du Front national a été reçue par le président de la Douma - la Chambre basse du Parlement - Sergueï Narychkine. Une réception amicale pour la cheffe frontiste. Cité par Le Monde, Sergueï Narychkine a félicité Marine Le Pen pour le score du FN lors des dernières municipales :

[C’est] un tournant dans la vie politique de la France. 

Bigre : l’élection de 12 maires FN a donc fait parler jusque sur les rives de la Moskova. A moins que le pouvoir russe ne souhaite montrer sa sympathie envers l’un de ses rares soutiens en France. Comme le rappelle Le Monde, Moscou reste à la recherche d’alliés "parmi l’aile politique antieuropéenne et anti-atlantiste" et Russe unie, le parti de Vladimir Poutine, courtise à cet égard le Front national.

Sergueï Narychkine ajoute :

La Russie continue de considérer la France comme un partenaire européen. Nous comprenons que nos relations connaissent une période difficile à cause de la russophobie et de la politique antirusse, mais nous espérons conserver ce partenariat.

Antieuropéenne et anti-atlantiste, Marine Le Pen l’est assurément. Depuis Moscou, samedi 12 avril, elle a donné sa vision personnelle de la crise ukrainienne. "Le projet le plus logique, le plus respectueux serait l'organisation d'une fédération au sein de l'Ukraine, qui permette un degré d'autonomie à des régions", a-t-elle déclaré. Une position qui, évidemment, ravit le président de la Douma :

Nous avons beaucoup en commun dans nos positions sur la manière de régler la crise.

Marine Le Pen n’est cependant pas la seule à entretenir le désir moscovite : d’autres qu’elle, au Front national, se sont rendus ces derniers temps à Moscou. Marion Maréchal Le Pen y est ainsi allée en décembre 2012, Aymeric Chauprade, conseiller diplomatique de présidente du FN, en mars 2014.

Published by Section de Boulogne Billancourt du Front National. - dans Municipales
commenter cet article
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 18:42

Permalien de l'image intégrée

Published by Section de Boulogne Billancourt du Front National. - dans Municipales
commenter cet article
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 18:17

Dans une interview au magazine "Technikart", le chanteur confie "ne pas vouloir se produire devant une institution dont [il] méprise l'idéologie".

Le Front national a conquis plusieurs mairies lors des dernières élections municipales. Hénin-Beaumont, Fréjus, Béziers : ces désormais bastions FN n'accueilleront plus Patrick Bruel en concert. Le chanteur, actuellement en tournée, a affirmé ne plus vouloir se produire devant des institutions d'extrême-droite.

Dans une interview au magazine Technikart, le chanteur évoque l'affaire Dieudonné et revient sur les dangers du FN. 

"Des électeurs désespérés"

"Même si je peux comprendre que des électeurs désespérés répondent à un discours populiste, je ne veux pas me produire devant une institution dont je méprise l'idéologie". 

En 1995, Patrick Bruel avait annulé ses concerts dans des villes comme Toulon ou Orange, devenues frontistes, pour marquer son opposition à ce parti "xénophobe et raciste".

"Un nouveau mouvement s'impose"

Artiste engagé et ancien parrain de SOS Racisme, il penche pour la création d'une nouvelle organisation contre le racisme. "Un nouveau mouvement s'impose pour résister au scandale de l'immonde Jour de colère (un collectif d'extrême-droite) qui renvoie aux heures les plus sombres de notre histoire", a-t-il indiqué dans le magazine Technikart, cité par ChartsinFrance.

Et d'ajouter : "Je crois surtout que le salut doit venir de l'école, du refus du repli sur soi proposé par les discours populistes".

Pour le plaisir, remémorons-nous l'humiliation subie par Bruel

au Stade de Nice...;-)

Published by Section de Boulogne Billancourt du Front National. - dans Municipales
commenter cet article
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 11:12

 

Published by Section de Boulogne Billancourt du Front National. - dans Municipales
commenter cet article
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 11:07

 

Published by Section de Boulogne Billancourt du Front National. - dans Municipales
commenter cet article
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 23:57


C’est soir de fête au Front national. Au siège du parti, à Nanterre, les bouteilles de Bordeaux succèdent à celles de crémant de Bourgogne au milieu d’un buffet odorantsoiree.jpg de pâtés, jambons et taboulés. De mémoire de militant, on n’avait pas connu ça depuis les européennes des années 1980 fêtées au Paquebot, l’ancien siège à Saint-Cloud, vendu depuis pour renflouer les caisses du FN en faillite. Les plus âgés arborent fièrement leur pin’s bleu-blanc-rouge au revers de la veste. Une quarantaine de permanents et d’ex-candidats applaudissent les scores qui s’affichent sur les écrans de télé. "On va avoir le choix pour l’université d’été! Et si on la faisait à Cogolin?", s’amuse Julien Dufour, qui était tête de liste à Boulogne-Billancourt.

"Chut!", entend-on quand Marine Le Pen prend la parole. Ses interventions sont ponctuées de rires et d’applaudissements. Et l’assemblée de railler ses débatteurs. Un "Pauvre chéri!", pour le communiste Pierre Laurent. D’autres rires pour Jean-Pierre Raffarin, lorsque l’ancien Premier ministre lance : "On est décalés par rapport à l’attente des Français".

"On a des maires, mais ce n’est pas assez"

Les militants goûtent à la victoire. Et ils en voudraient plus. "Les objectifs sont atteints, mais ça ne se voit pas assez à la télé", considère Patrick Auzou, ex-candidat à la mairie du 17e arrondissement de Paris. "On a des maires, mais ce n’est pas assez, il en aurait fallu davantage", s’agace même Jean Mairé, candidat dans le 8e arrondissement, après une tirade-défouloir contre la presse et les journalistes : "Vous êtes des cons!".

Avec treize mairies, le Front national fait pourtant son meilleur score historique aux municipales. A 22h30, de retour des plateaux télés, la présidente du parti s’engouffre dans la pièce. "On a des nouvelles de Mantes-la-Ville", demande-t-elle. Le résultat - positif pour elle - arrivera un peu plus tard. Entre-temps, Marine Le Pen galvanise ses troupes, en une courte allocution de cinq minutes, devant son père assis au premier rang. Et de citer les villes gagnées, celles qui leur ont échappé de peu… sous les bravos.

Jean-Marie Le Pen ne voulait pas en rater une seconde. "Comment ne serait-on pas satisfaits?", fait-il mine de s’interroger. Le fondateur du FN se félicite du score deStéphane Ravier à Marseille. "C’est une grande victoire dans les quartiers Nord. Dans les milieux immigrés, il y a un changement d’attitude à l’égard du Front national. L’autre jour, deux arabes collaient des affiches pour Gaudin, l’un m’a dit : bienvenue à Marseille!"

Le Pen père dénonce des achats de voix

Mais il poursuit en changeant de registre : "Il y a aussi les stipendiés, ceux qu’on fait venir en donnant de la monnaie". Jean-Marie Le Pen laisse entendre que deux maires élus ce dimanche, Lucien Limousin (DVD) à Tarascon et Eddy Valadier (UMP) à Saint-Gilles auraient acheté des voix pour le second tour afin de battre Valérie Laupies (FN) et Gilbert Collard (RBM). "A Tarascon et Saint-Gilles, il y a eu une arrivée massive de votes d’électeurs d’origine immigrée. Ils sont les deux tiers de la population à Tarascon, ce n’est pas étonnant". Des voix ont-elles été achetées? "Oui, c’est ça, on leur a donné de l’argent. Vous n’avez jamais vu ça?", demande-t-il en posant la main sur la cuisse de son interlocuteur.

Sur les écrans, Jean-Marc Ayrault prononce sa déclaration d’un ton funèbre. Personne n’y prête attention. Marine Le Pen répond aux chaînes d’information puis remonte dans son bureau. Mantes-la-Ville vient de tomber. Autour du buffet, les militants chantent.

Published by Section de Boulogne Billancourt du Front National. - dans Municipales
commenter cet article

Blog tenu par Julien Dufour.

                      affiche campagne Julien DUFOUR

Julien DUFOUR,

Chargé de Mission du FN 92,

Secrétaire du FN-RBM de Boulogne-Billancourt,

 

 

Recherche

Calendrier:

31 janvier, 15h00

Galette du FN 92

Invité d'Honneur: David Rachline,

-Sénateur du Var,

Maire de Fréjus

David Rachline, Sénateur-Maire de Fréjus, invité d'Honneur de la Galette du FN 92, le 31 janvier 2016 à Boulogne-Billancourt.

Nous contacter:

Si vous souhaitez vous rapprocher de nous, militer et défendre vos convictions au niveau local, vous pouvez nous joindre

par mail:

fn92@frontnational.com

ou par téléphone au

06.65.86.46.92

La permanence du FN 92

est située au

80, avenue Edouard Vaillant.

(A 100 m de la Place Marcel Sembat).

Suivez Julien Dufour sur Twitter:

Visiteurs:

Sur ce site, vous êtes actuellement:

Visiteurs uniques depuis la création du blog.